Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:35

Je me réjouis de la maturité politique dont a fait preuve le peuple congolais en réservant une indifférence manifeste aux festivités de la honte organisées par le "gouverne et ment" le 30 juin 2010 à Kinshasa pour commémorer le cinquantenaire de l'accession de notre pays à l'indépendance où, sur une population estimée à plus ou moins huit millions dans la capitale, seul un nombre insignifiant de kinois, soit plus ou moins trois mille parmi lesquels des militaires et des policiers déguisés en civils, leurs épouses, leurs enfants et quelques compatriotes clochardisés à qui une collation avait été promise ont pris part d'une manière désintéressée auxdites manifestations.

 

Aussi, me réjouis-je du refus manifesté par les compatriotes de l'arrière pays et ceux de la diaspora de cautionner cette énième humiliation en ignorant les festivités organisées respectivement par les autorités provinciales et celles diplomatiques autour de ce même cinquantenaire.

 

Je me réjouis enfin particulièrement principalement de la diaspora congolaise de France de celle de la Belgique pour avoir usé de leur liberté, don précieux reçu de Dieu que nul au monde ne peut étouffer ni confisquer, en désapprouvant publiquement, en cette occasion, la prise en otage du peuple congolais par les tenants de l'heure du pouvoir politique avec la bénédiction des Etats-Unis, du Royaume uni, de la France et de la Belgique dont la présence du roi Albert II aux côtes de MUSEVENI et KAGAME à Kinshasa n'a été qu'une insulte à notre peuple et une profanation de la mémoire de nos martyrs et des victimes de la barbarie dévastatrice des ennemis de la démocratie, mortes, violées, incarcérées, estropiées, etc.

 

Du discours de KABILA, bien de points ont retenu mon attention et suscité mon étonnement notamment principalement:

 

KABILA promet de punir sans complaisance l'atteinte à la vie et à la dignité humaine, le favoritisme, l'abus des biens sociaux tels les détournements des deniers publics, etc.

 

En faisant cette promesse devant la nation, KABILA s'engage donc à continuer à violer la impunément la constitution en s’arrogeant des prérogatives dévolues aux Cours et Tribunaux par les articles 150 et 151 de la constitution qui disposent respectivement :

 

« Le pouvoir judiciaire est le garant des libertés individuelles et des droits fondamentaux des citoyens… » ;

 

« Le pouvoir exécutif ne peut donner des injonctions au juge dans l’exercice de sa juridiction, ni statuer sur les différends, … ».

 

Aussi, s'est-t-il engager devant témoin à fouler au pied le principe de séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire cher à Montesquieu et consacré à l'article 149 de notre constitution :

 

« Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif.

 

Il est dévolu aux cours et tribunaux qui sont : la Cour constitutionnelle, la Cour de cassation, le Conseil d’Etat, la haute Cour militaire, les Cours et tribunaux civils et militaires ainsi que les parquets rattachés à ces juridictions… »

 

KABILA cite parmi les acquis du cinquantenaire la préservation de l’unité nationale et l’intégrité territoriale et le rétablissement de la paix à l’intérieur du pays et avec nos voisins

 

La question qui mérite d’être posée ici est celle de savoir sur quels éléments le Président KABILA  fonde-t-il son appréciation pour affirmer publiquement que l’unité nationale et l’intégrité territoriale étaient préservées  et la paix rétablie lorsque :

 

Ø plusieurs  villages du territoire de Kahemba sont sous occupation de l’Armée Angolaise, delta de la RUZIZI et Katumba dans le Sud-Kivu sont sous occupation du BURUNDI,

Ø les bornes frontalières sont détruites par l’Angola qui a déplacé ses frontières à l’intérieur de la République Démocratique du Congo dans le district de la Lukaya dans la province du Bas-Congo,

Ø le Rwanda a procédé à des constructions anarchiques dans la zone séparant la ville de Boma et à la ville de Gisenyi ;

Ø la République du Congo  occupe les Iles de Mbamu sur le fleuve Congo, zone neutre séparant  la République Démocratique du Congo au Congo-Brazza, etc. ;

Ø il existe un différend frontalier la République Démocratique du Congo et la Zambie au niveau de la bande frontalière entre les Lacs Tanganyika et Moero, etc.

Ø il ne se passe un jour en République Démocratique du congo sans que l’on ne déplore des mouvements migratoires forts dangereux des Mbororo (Plusieurs centaines d’Eleveurs armés venus du Tchad, du Soudan et de la Centrafrique qui continuent à entrer sur le territoire congolais à la recherche des pâturages pour nourrir leurs troupeaux constitués de plusieurs milliers de tête de bétails) dans la partie nord de la province orientale, des cas de massacres, assassinats, viols et autres violations des droits des citoyens congolais.

 

N’est-ce pas là une partition de fait déjà de notre pays ?

 

Affirmer devant la nation le contraire des réalités sur terrain est la preuve de l’incapacité de maintenir l’intégrité territoriale et de sauvegarder l’unité nationale et constitue la violation de son serment constitutionnel.

 

Au regard  des considérations qui précèdent, l’invitation est lancée à tous les congolais  de demeurer vigilants et d’éviter de se laisser distraire par des discours propagandistes car ce n'est pas le 30 juin 2010 que KABILA peut prétendre avoir pris connaissance des violations des droits de l'homme en République Démocratique du Congo, des détournements des deniers publics, etc. tant qu'il est suffisamment connu que les rapports panel, LUTUNDULA, BAKANDEJA, etc. n’ont jamais fait l’objet d’un débat au niveau de l’Assemblée Nationale aux fins d’une mise en accusation devant la Cour Suprême de Justice des dignitaires cités dans ces derniers et, bien que jusqu’à preuve du contraire jouissant de la présomption d’innocence, continuent à se la couler douce aux seins des institutions de la République et dans son entourage immédiat. Tel en est aussi le cas avec des commissions d’enquêtes instituées autour notamment des assassinats tragiques de Franck NGIKYE et son épouse, des massacres  des adeptes de Bundu dia kongo, de Floribert CHEBEYA et BAZANA, des kasaiens au Katanga, etc.

 

La Patrie ou la Mort !

 

Patriotiquement.

 

Maître Jackson KALONJI MUSHILA

Jurisconsulte

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Me Jackson KALONJI MUSHILA - dans La Patrie ou la Mort !
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FONDEX-RDCONGO
  • FONDEX-RDCONGO
  • : Ce blog est celui du Forum Novateur Pour la Démocratie dans l'Excellence. Il est initié dans la vue d'inviter le peuple congolais à des échanges constructifs et participatifs sur la reconquête de sa liberté afin de reprendre en mains sa destinée et de s'assumer en tant que peuple.
  • Contact

Archives

Catégories